Cette formation nécessaire aux  personnes intervenant auprès de personnes âgées, et/ou handicapées,  est une formation à « la rencontre ». Cette rencontre est à trois nivaux autour de la personne âgée : l’aidant, la relation, les moyens ! ». (Elle est proposée sous forme de sessions sou d’ interventions ponctuelles).

 

L’AUXILIAIRE DE GERIATRIE  ( « Etre en relation ! »)

 

 

« L’auxiliaire de gériatrie », que ce soit à domicile ou en institution, a besoin d’interroger sa pratique, ses émotions, pour lui permettre, sans jugement ni culpabilité, de dire ce qu’elle vit et de pouvoir envisager sereinement son travail « d’aide » auprès de la personne âgée. L’auxiliaire n’est pas qu’une fonction, et la personne âgée n’est pas seulement un horaire à respecter.

 

Dans sa proximité avec les personnes âgées, l’Auxiliaire de Gériatrie a besoin d’être capable de se situer en tant que « personne » intervenant au niveau de la « pratique  »…Elle a besoin de se connaître dans sa manière de se présenter, de travailler, de faire équipe.

 

Ces « Auxiliaires de Gériatrie », sont des hommes et des femmes (plus nombreuses) qui souhaitent travailler auprès de personnes âgées à domicile ou en institution. Certaines (je parlerai au féminin) viennent à une formation, après l’expérience d’accompagnement d’un grand-parent, d’une ou d’un voisin âgé, ou d’un proche (parent ou collatéral) âgé ; d’autres travaillent déjà (avec une situation précaire), dans des institutions comme les Maisons de Retraite ou hôpitaux (en service long-séjour ou moyen-séjour), foyer hébergement, résidence …. sans forcément avoir choisi ce travail pour ce qu’il représente, mais bien souvent, seulement comme une opportunité de gagner sa vie. Ce sont des personnes de tous âges (19 à 56 ans) de tous niveaux (analphabètes, niveau primaire, immigrées, chômeur de plus ou moins longue durée ayant un bagage intellectuel, ou pas…) d’expériences et de motivations très variées.

 

Ces hommes, ces femmes, pour la majorité souhaitent une formation.  Venant d’abord en « consommatrices », attendant des « cours » où l’un parle et les autres écoutent, petit à petit elles deviennent de plus en plus participantes et actrices de leur formation. Ce temps, à mon avis, est un temps où nous apportons, elles et moi, mutuellement, notre expérience. Je peux leur apporter des connaissances théoriques, des réflexions, des points de repères, une expérience de relation ….. mais elles apportent leur expérience sur le terrain, aussi minime soit-elle. c’est une expérience de vie irremplaçable !

 

Elle prend tout son sens grâce à la « personne âgée » qui est au centre. Cette formation a un seul but : donner aux deux personnes qui se rencontrent « la personne âgée et l’auxiliaire » les moyens pour que la relation vécue soit source de bien-être pour l’un et pour l’autre.

C’est pourquoi il me semble primordial de commencer par aider « l’Auxiliaire de Gériatrie » à se poser la question, et me la poser avec elles : comment je « vois » mon propre vieillissement, comment j’appréhende la perte d’autonomie progressive ? vieillir pour moi c’est quoi ? cela veut dire quoi ?Je ne peux regarder en vérité le vieillissement de la personne âgée dont je dois m’occuper, et en particulier sa perte d’autonomie, si je ne suis pas au clair moi-même avec cette possible étape de ma vie.

 

Le travail de l’Auxiliaire de Gériatrie (comme « aide ménagère » ou « agent de service hospitalier… » ou encore comme « auxiliaire de vie ») est lié aux désirs, aux besoins des personnes âgées. Il leur est nécessaire de se connaître dans leur façon « d’être » à travers l’organisation de leur travail, leurs techniques. Il est aussi bon de les aider à « ajuster » leur savoir-faire aux souhaits et désirs de la personne âgée en l’intégrant à un travail d’équipe. MAIS c’est la personne âgée qui reste « première » dans le temps d’activité de l’auxiliaire de gériatrie.

 

Il est essentiel pour moi que la formation vienne préciser combien la « relation » avec la Personne âgée passe (et dépasse) par la parole, le toucher, le service, l’aide, la technique. La relation qui attend l’Auxiliaire de Gériatrie, c’est la relation entre « deux personnes ». Ce sont deux personnes en présence, par leur corps, leur cœur, leur intelligence, leur esprit, leur expérience…Cette relation va s’exprimer dans un va et vient de l’une à l’autre, de manières différentes : par la parole, bien sûr, par le regard, le toucher, la voix ; et quand les mots ne « disent » plus, l’écoute, l’attention aux gestes, le souffle, les mains…..parfois l’agressivité, les pleurs…..Ce langage non-verbal que notre société oublie, c’est la communication d’une vie intérieure à une autre, c’est le cœur à cœur, le corps à corps !

 

Comme je le dis au début de ce texte, l’Auxiliaire de Gériatrie a besoin d’exprimer ce qu’elle vit pour éviter de s’enfermer dans une relation difficile conflictuelle ou violente. Le rôle d’écoute, de proximité, d’attention est l’attitude qui soutient tout son travail. Sa présence dans le quotidien, lui permet d’entendre les confidences qui disent à demi-mot, ce qui se passe, la souffrance, la peur, l’angoisse…Cette présence peut être l’ occasion, pour l’aide à domicile, de sensibiliser, ouvrir les yeux, à des aidants naturels (famille ou autres) dont les manières de faire avec la personne âgée s’orientent vers de la maltraitance. Cependant, il est important que « l’auxiliaire » ne se substitue pas à la famille ou aux aidants naturels, qui mettent en œuvre tant de ressources, de tendresse, de patience, dans leur présence auprès de la personne âgée dépendante. Dans ce rôle de proximité, l’auxiliaire de gériatrie doit être attentive à ne pas s’attribuer un pouvoir sur la personne âgée qu’elle rencontre, en se croyant plus digne que la famille ou les amis de la personne, mais elle a une place irremplaçable de soutien et d’accompagnement des aidants proches.

 

Cette formation est importante à mes yeux pour que l’Auxiliaire de Gériatrie ne considère pas la personne âgée comme un « objet » dont on prend soin, plus ou moins précieux, mais comme un « être » qui a des besoins propres, des souhaits, des désirs, un passé, une expérience…. Et tout cela est unique.

Si ce n’est pas la « personne » (personne âgée et auxiliaire de gériatrie) qui est au centre de ce que nous faisons, vivons et engageons, si ce n’est pas « l’être » de cette personne qui est premier, alors, je passe à côté !. Ceci est vrai dans tous les domaines des rapports humains : sociaux, politiques, médicaux, religieux, familiaux etc….

 

 


A consulter :

 

Voici une présentation au format Power Point très intéressante sur : « La personne de confiance en gériatrie »

 

Communication effectuée au Cours Intensif de Médecine Gériatrique le Mardi 8 novembre 2005 à Toulouse

(Faculté de Médecine de Rangueil) par le Docteur Bernard Pradines  :

 

« La personne de confiance en gériatrie » : http://www.geocities.com/bpradines/CIMGPdC2005.ppt

Si nécessaire le téléchargement gratuit de la visionneuse à l’adresse :

http://www.microsoft.com/downloads/details.aspx?FamilyID=428d5727-43ab-4f24-90b7-a94784af71a4&DisplayLang=fr 

Site du Docteur Bernard Pradines : http://users.aol.com/Dgeriatrie/

 

 

 

 

Retour accueil

 


Le ruban gris, logo crée par Jean Pierre Martin, médecin gériatre.