AssoPark
GROUPE PARKINSON
 

 

 

 

 

 


Description : TULIPE27«  UN GROUPE D’ECOUTE ET DE PAROLE »

 

 

       Le 11 juin 2005 une jeune femme de la région de Montargis, Maguy POTAU, organise une rencontre pour permettre au professeur LEMAIRE, neurochirurgien  de Clermont Ferrand, de présenter l’opération possible pour améliorer le quotidien de certaines personnes touchées par la maladie de Parkinson.

 

 

Avec l’association SEA (Synergie Enfant Adulte) de Montargis,  les invitations sont faites, 80 personnes en gros, sont attendues. Le jour de la rencontre il y a 220 personnes présentes (malades, proches, amis, personnes intéressées, soignants..)

Tulipes d’Anne Marie Nicolas

 
 


          Ceci nous montre l’immense attente de tous ceux que cette maladie touche de plus ou moins prêt.

 

          Nous avons donc créé l’ association « AssoPark » née officiellement en mai 2006. Cette association a commencé d’organiser des rencontres depuis le mois d’octobre 2005.

 

          Une  première réunion s’est déroulée le 29 octobre 2005, dans une salle de la Maison des Associations de la ville de CHALETTE SUR LOING. Puis le dernier lundi de chaque mois.

 

        Ces réunions ont pour but de mettre en place des contacts, des temps de rencontre pour les malades et leurs proches afin de rompre l’isolement dans lequel les enferme la maladie.

 

         Le samedi 24 juin 2006, par exemple, deux monitrices de la Croix Rouge de Montargis sont venues nous présenter l’IPS (initiation aux premiers secours) pour nous donner des moyens de savoir protéger, alerter… en situation d’accident.

 

          Le 14 octobre 2006, deux médecins neurologues sont venus de l’Hôpital de Clermont Ferrand, pour présenter à une centaine de personnes, l’évolution des interventions chirurgicales possibles, et l’évolution des traitements médicamenteux. Le 25 novembre 2006, nous aurons la présence du Docteur Anne FROBERT (marraine de l’Association AssoPark) pour nous parler de l’impact du STRESS et des émotions sur les personnes touchées par la maladie de Parkinson.

 

Aujourd’hui l’association a 6 ans et continue de mettre en place des projets pour améliorer la qualité de vie quotidienne de ses adhérents.

 

 

« Avant d’être un malade parkinsonien, on est d’abord une personne, avec des choses à vivre, malgré, ou avec la maladie.

Cette maladie, il faut que nous l’apprivoisions de manière, à aider les personnes qui sont touchées et leurs proches,

à « vivre-avec[1] » le mieux possible ! »

 

Le témoignage de Maguy[2] :

 

          Atteinte de la maladie de Parkinson, Maguy témoigne :

 « je suis arrivée au CHU de Clermont-Ferrand après de longues années de maladie. Mes crises de dyskinésie étaient de plus en plus fréquentes, difficiles à supporter aussi bien pour moi que pour mon entourage. Après plusieurs consultations auprès du Professeur Durif, l’opération est apparue indispensable. Un an après, j’ai retrouvée mon autonomie et bien sûr ma fille, qui a dû supporter au quotidien mes crises et le regard soupçonneux des gens (elle titube…a-t-elle bu ? elle bafouille ! a-t-elle toute sa tête ?)

L’opération m’a redonné confiance en moi et en l’avenir. Je suis très reconnaissante envers le professeur Lemaire et son équipe. »

 

        

 Cette maladie  neuro-dégénérative n’est pas seulement un problème médical, mais aussi  un problème familial, social et professionnel. Maladie chronique très complexe elle ne donne, à ce jour, aucun espoir de guérison.

 

 

 

retour accueil

 



[1] témoignage de Claude

[2] article de l’hebdomadaire « L’Eclaireur du gâtinais » du 3 novembre 2005