LE RETOUR
DU PETIT PRINCE (2)
 

 

 

 

 

 

 

 


Bien des années plus tard, le Petit Prince voulut savoir
Si l'enfant de la Terre avait su cultiver les roses de l'Espoir.
Il entreprit donc à nouveau son long voyage,
Avec, dans sa main, toujours le même unique bagage...
Lorsqu'il atterrit, il ne reconnut pas l'endroit,
Mais ce qu'il vit fit bondir son cœur de joie :
 Plus de désert, plus de misérable chaumière,
A sa place, une superbe maison en pierre,
Au milieu d'un champ où, à peine écloses,
S'épanouissaient des milliers et des milliers de roses.


Un homme encore jeune s'activait dans ce jardin d'Eden,
Curieusement, il tenait une arme dans sa main.
Autour de lui, une bande d'enfants à l'allure guerrière,
Brandissant des fusils, jouaient sans doute à la guerre.
 Une immense barrière autour du champ de roses
Intrigua notre voyageur de la Planète à la Rose.
L'homme  le reconnut aussitôt et le salua gaiement
Désignant de la main un magnifique rosier blanc :
"Voyez; dit-il, comment j'ai fait prospérer votre cadeau.
Vous aviez tout à fait raison, rien n'est plus beau
Que ces merveilleuses fleurs. En les vendant
J'en tire un bon prix et, ainsi mes enfants
Ne manquent de rien. Mon seul grand malheur
Est d'être obligé de protéger mon bien des voleurs."


Entendant cela, le Petit Prince contrit,
S'aperçut que l'enfant d'alors n'avait rien compris.
Il en conçut un tel chagrin, que coulant de ses yeux,
Des flots de larmes inondèrent les lieux
Détruisant, engloutissant jardin, maison
Et effaçant de la terre le fruit de la trahison.
Le Petit prince s'adressa alors aux enfants :


"Que vous soyez noirs, jaunes, rouges ou blancs,
C'est à vous qu'appartient l'avenir de la Terre,
Il sera ce que vous aurez décidé d'en faire."


Enfin, le Petit Prince alluma un grand feu,
Enjoignant les enfants d'y jeter les armes de leurs jeux,
Puis avant de repartir pour son long voyage,
Il leur offrit sa rose : "Cette fois, faites-en bon usage !"

 

 

Rolande Fanès