PILE OU FACE !
 

 

 

 

 


 

Rolande, avec beaucoup d’humour et de simplicité, nous partage une rencontre….

 

Touchée par la maladie de Parkinson, le regard des autres est parfois difficiles à accepter !

 

 

        

           Donc vendredi matin, nantie d’une bonne dose de courage, je décidai d’aller chercher mon pain à pieds. Distance aller-retour 1 km environ, tout en descente à l’aller, retour évidemment plus laborieux  !


          Pour la bonne compréhension de l’histoire, je dois préciser que j’attends toujours que ma première prise de médicaments matinale fasse son effet pour entamer ma promenade. Mes jambes sont plus assurées et je marche mieux. Inconvénient majeur : ma bouche est déformée par un trismus qui aurait enchanté Fernand Raynaud dans son sketch du “souffleur de bougie” (si vous voyez ce que je veux dire) ! Rien à faire dans ce cas pour rendre à mon sourire sa jovialité normale, il  se réduit à une piteuse grimace que je camoufle la plupart du temps en mettant ma main droite (si elle est libre!) devant ma bouche. Heureusement pour compenser ces désagréments physiques, tout le monde s’accorde à me trouver ( malgré mes 64 printemps) encore une jolie silhouette grande et mince.

          Bref, j’achète mon pain et entame un retour laborieux marchant sur le trottoir d’un pas que je veux alerte. Passé ce morceau de route fréquenté par la circulation automobile, je retrouverai le petit chemin bucolique qui mène jusque chez moi. Là, je n’aurai plus à faire de camouflage !

          Pendant que je m’acheminais vers ledit chemin, une voiture ralentit pour presque stopper à ma hauteur. Croyant que le conducteur allait me demander un renseignement, je tourne la tête vers lui (ma main droite est prise par le sac à pain) et à  ma grande surprise, je vois son visage prendre une expression ahurie, il donne un grand coup d’accélérateur et disparaît de ma vue en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire... Je me retournais pour voir ce qui avait pu provoquer sa fuite subite : j’étais seule !


          Prise d’un fou-rire silencieux, je compris que, vue côté pile, ma svelte silhouette avait pu lui paraître assez engageante et l’abuser mais la vision du côté face n’avait certainement pas été à la hauteur de ses espérances !
“On ne peut pas être et avoir été” n’est ce pas ?!!!


         Néanmoins, aujourd’hui j’irai chercher mon pain...en voiture ! non pas que je craigne une autre mésaventure du même genre, mais tout bêtement parce que la boulangerie de mon quartier est  fermée le lundi et que la plus proche est à 3 km !

Rolande   « PILE OU FACE » mp

 

 

 

 

retour accueil